Mon dernier billet est bourré d'insultes envers les religions et ceux qui les pratiquent. Les insultes envers les religions portent un nom particulier : le blasphème. Le Gaffiot nous explique que blasphemia est une parole outrageante. On pourrait aussi définir le terme par : parole irrévérencieuse sur les choses sacrées. Enfin le Larousse nous dit que l'outrage est une parole tout à fait contraire à une règle, à un principe.

Tout cela revient à dire que le terme, depuis son origine, qualifie des choses qu'on n'a pas le droit de dire parce que c'est comme ça. C'est un principe, une règle, elle n'a pas besoin de plus d'explication ! C'est sacré !

Insulter une religion est un blasphème. Les caricatures de Charb ou de Luz sont aussi des blasphèmes. Parce que seuls ceux qui se sentent offensés peuvent caractériser la chose selon qu'ils décident qu'elle est un blasphème ou non. Des paroles irrévérencieuses sur les choses sacrées. Sacré nom de Dieu !

Parmi tant d'autres déclarations, traine sur la toile la vidéo d'un homme ayant visiblement la foi et l'exprimant probablement au sein d'une religion puisqu'il prend la parole en public. Cet homme nous explique que nous n'avons pas le droit d'insulter les choses que sa religion considère comme sacrée, il ajoute même que c'est là la limite à la liberté d'expression. Cet homme a tort et il confond sa foi et la religion qu'il pratique.

Voici une retranscription d'un entretien d'Abdennour Bidar lors de son passage au Grande Journal du 08 janvier 2015 (le lendemain de l'attaque de Charlie Hebdo) :

Abdennour Bidar, intretien au Grand Journal 08/01/2015
C'est absolument nécessaire, c'est le test de bonne santé d'une religion que de savoir faire preuve d'auto-dérision vis-à-vis d'elle-même.
Peut-on rire de tout ?
Je vais réagir en tant que philosophe. On ne peut pas simplement rire de tout, on doit rire en particulier du sacré. Pourquoi ? Parce que le sacré c'est ce qui est censé le plus impressionner l'être humain, ce en face de quoi l'être humain est censé être complètement tétanisé. Comment faire donc la preuve de la puissance de l'esprit humain, de la liberté de l'esprit humain, si ce n'est en face de ce qui justement est censé nous impressionner le plus. Et ça en tant que philosophe, je suis aussi de culture musulmane, je veux voir un islam qui fait la preuve que justement il a compris qu'on pouvait avoir un rapport au sacré tout en étant émancipé intérieurement vis-à-vis d'une relation complètement esclave à ce sacré. Rions du sacré, c'est une façon de reconnaître sa grandeur. Et le fait que nous les êtres humains, nous sommes fait pour entretenir un rapport libre avec ce qui est censé nous dépasser.

Abdennour Bidar a écrit en octobre 2014 une "lettre ouverte au monde musulman".

La religion laisse croire qu'une simple prière absoud des péchés. Cool ! Et ça vaut combien de prières pour avoir descendu avec piété et sans pitié 17 personnes en trois jours ? Mais qui a créé la religion ? Ce sont nos ancêtres et personne d'autre. Donc finalement un religieux parle et décide à la place de celui qu'il appelle Dieu ? Il blasphème le bougre, il insulte sa propre foi au nom d'une religion qu'en plus il n'a probablement pas choisie, comme il n'a pas choisi l'endroit dans lequel il est né.

La foi accompagne la morale, elle est dans la tête et dans le cœur. Elle éclaire et guide. C'est cette petite voix que les pratiquants devraient écouter plutôt que celles de ceux qui prétendent défendre une religion. Ta foi n'a rien à voir avec une religion, ta foi n'a pas de limites contrairement à une religion. Écoute un peu ton cœur et ouvre-toi l'esprit.

À lire :

Credit: NASA; ESA; G. Illingworth, D. Magee, and P. Oesch, University of California, Santa Cruz; R. Bouwens, Leiden University; and the HUDF09 Team

Pour continuer à s'ouvrir l'esprit, écouter : Service Public : Ras-le-bol des religions : la croisade laïque, c'est pour quand ? France Inter